La méthode Feldenkraïs se pratique sous forme de leçons collectives ou de séances individuelles.

 

la leçon collective

Au cours d'une leçon collective, les élèves explorent des « chemins de mouvements » tout au long d'un processus très structuré proposé par l'enseignant.

Ils sont invités à porter attention à leurs sensations et perceptions dans l'espace avec une finesse et une globalité de plus en plus grandes. Ils apprennent ainsi à reconnaître leurs habitudes, à percevoir si tel geste automatique engendre un effort inutile, un inconfort ou une tension.

Il ne s'agit pas d'un rapport instrumental au corps, ni d'une nouvelle technique de maîtrise du corps, mais d'une écoute de la présence corporelle. Une des richesses de la méthode est qu'elle invite à développer une grande curiosité dans l'exploration du mouvement, et à partir à la découverte des richesses et subtilités infinies du corps humain. Le rapport au corps proposé essaye d'être bienveillant, en ne reposant pas sur une nouvelle volonté de s'améliorer, mais plutôt sur une attention ouverte à ce qui est.

Si "la vie aime la conscience qu'on a d'elle" (René Char), le corps aussi!

Chacun découvre ainsi ce qui est approprié pour lui, sans jugement, « de l'intérieur ». On ne fait pas référence à un mouvement ou une forme idéale. L’enseignant ne montre pas le mouvement. Les mouvements sont effectués sans enjeu, lentement, sans amplitude et sans effort, la plupart du temps au sol.

Ce sont des mouvements de rotation, flexion ... simples, mais souvent inattendus ou inhabituels.
Chacun réalise sa propre expérience dans la séance de groupe. Il n'y a pas de « niveaux d'avancement».
Une même leçon peut s'adresser à des personnes d'âge, de forme physique très différentes.
La séance dure aux environs d'une heure ou une heure et demie.


la séance individuelle

Dans la séance individuelle, le praticien propose une séance correspondant à la demande et aux besoins spécifiques de l'élève.

Les principes d'apprentissage sont les mêmes, seules les conditions diffèrent, la séance se passe en partie sur une table, et le praticien utilise un toucher à la fois doux et précis pour guider l'élève.

Par le développement de l'attention à ce que nous faisons, et non par la répétition mécanique du geste, nous pouvons étendre nos choix de mouvements au delà de nos habitudes et devenir plus présents au monde.
Pendant les séances de la méthode Feldenkraïs, les élèves actualisent, ou réactualisent, des schémas de mouvements inconnus ou oubliés en développant leur potentiel inné infini de mobilité. Ces schémas deviennent ensuite disponibles dans la vie quotidienne.

Moshe Feldenkraïs disait qu'il s'agit de « rendre le mouvement impossible, possible ; puis le possible confortable ; et enfin le confortable esthétiquement plaisant ».


"Il faut séparer le but à atteindre du procédé d'apprentissage, ce qui importe,
c'est le processus,
qui devrait être sans but".

"Il n'y a pas une bonne et une mauvaise façon de faire, l'intention et l'action doivent juste correspondre".

"Si vous savez ce que vous faîtes, vous pouvez faire ce que vous voulez".

— M. Feldenkraïs